Payer moins d’impôts en aidant ses enfants, comment s’y prendre ?

Si vous aimez alors partagez

La période de la déclaration d’impôts peut faire l’objet d’une facture inattendue. Pour éviter cette mauvaise surprise, il existe différentes alternatives pour réduire vos impôts. Dans ce sens, sachez que si le fait d’aider vos enfants vous procure un grand plaisir, cela vous permet également de bénéficier d’une réduction d’impôts. Comment profiter de cet avantage ?

Réduire vos impôts selon la situation des enfants

Les frais engendrés (directement et indirectement) par les études supérieures des enfants sont souvent élevés. De ce fait, certains étudiants majeurs se cherchent des emplois à temps partiel pour subvenir à leurs besoins. Pour d’autres, ils bénéficient d’une aide précieuse venant des parents, note Yann Llhuissier, Directeur Général Adjoint du Crédit Agricole Alpes Provence. Par l’apport financier qu’ils apportent à leurs enfants, ces derniers profitent d’un avantage fiscal sous forme d’une réduction d’impôts sur le revenu. Différents cas sont possibles :

  • Vous êtes parent d’un étudiant âgé de plus de 18 ans, votre enfant habite sous le même toit que vous.
    Vous pouvez bénéficier d’une déduction sur vos revenus d’un total de 3 359 euros. Il s’agit d’une somme forfaitaire prévue par le fisc pour couvrir les frais de nourriture et de logement de votre enfant étant donné sa situation.
  • Vous êtes parent d’un étudiant majeur, celui-ci n’est plus hébergé chez vous.
    Pour aider votre enfant à terminer ses études, vous lui versez mensuellement une somme définie ? La totalité du soutien financier que vous fournissez sera à déduire de vos revenus imposables jusqu’à ce que votre enfant soit âgé de 25 ans. Un plafond de 5 698 euros est toutefois fixé.

Dans le cas où votre enfant aurait déjà dépassé la limite d’âge de 25 ans, votre apport financier, pour couvrir ses besoins sera toujours déductible de vos revenus imposables. Toutefois, il faudra prouver que votre enfant est dans l’incapacité de subvenir à ses besoins de manière autonome.

Si vous continuez à aider votre enfant, même si celui-ci est déjà marié ou pacsé, le plafond de la déduction fiscale passe à 11 396 euros, soit le double du plafond normal. La condition de l’accès à cet avantage fiscal est que l’enfant ne bénéficie d’aucune aide financière de la part de ses beaux-parents.

  • Vous êtes un parent d’un enfant au collège ou au lycée.
    Chaque enfant attaché à votre foyer fiscal vous fait profiter d’une réduction annuelle d’impôt. S’il est collégien, la somme de cette dernière est de 61 euros ; s’il est au lycée, le montant de la réduction est de 163 euros/an.

Quelques points à connaître pour l’enfant concerné

Tout enfant ne faisant plus partie de votre foyer fiscal est dans l’obligation d’effectuer sa propre déclaration fiscale. Il est aussi tenu de payer ses impôts. Il est à sa charge de déclarer l’ensemble des pensions que vous lui offrez, même si la somme en question est supérieure au montant du plafond de déduction fiscale (5 698 euros).

Ensuite, en plus de votre apport financier pour subvenir à ses besoins, votre enfant doit inclure dans sa déclaration fiscale la totalité de ses revenus issus d’autres sources. L’État apporte son aide aux étudiants en leur donnant accès, par exemple, à :

Une exonération d’impôts sur tout salaire inférieur à 16 944 euros par an. Si l’étudiant occupe un poste lui permettant de gagner plus, il n’a plus accès à cet avantage.

Sous conditions, un stage payé sera exonéré d’impôts. Il faut que le stage soit obligatoire, d’une durée inférieure à 3 mois et intégré dans le cursus universitaire.

Votre enfant bénéficie d’une exonération d’impôts à la hauteur de 4 236 euros annuels dans le cas où :

  • il dispose d’un statut d’étudiant.
  • il a un âge égal ou supérieur à 25 ans.
  • il a un travail destiné lui apporter un complément de revenus. Ici, dans la déclaration d’impôts, il doit uniquement communiquer la part supérieure au montant 4 236 euros.

Si vous aimez alors partagez